Gier


Peintre

Artiste peintre autodidacte. Il a formé son art à travers différents ateliers, fréquentés ici et ailleurs, l’école des musées, des expositions, auprès d’autres artistes… Accompagné par sa passion.
Figuratif animé par l’amour du trait net et de la courbe précise.

Également enseignant en histoire de l’art, sa spécialité est l’histoire de l’art des jardins, la représentation du paysage dans les arts graphiques.

Le corps est son principal sujet de créativité. Qu’il soit humain ou animal sauvage. Un corps recèle des trésors d’expressivité et son langage autant que le regard qu’on lui porte est un perpétuel sujet d’interrogation, d’étonnement et de découverte.

Le corps, l’enveloppe charnelle, est le palimpseste où s’écrit la vie, grande ou misérable, de chacun de nous. Car derrière l’enveloppe de chair se cachent des individus et même dans l’érotisme le plus cru, c’est l’être humain qui importe à Gier. Le corps porte le jeune et le vieux, la folie et la sagesse, les coups durs et les bonheurs.

« La nudité qui semble tout révéler est bien souvent très opaque et cache bien plus qu’elle ne dévoile. »

Le travail sur le corps a également conduit notre artiste à la pose en tant que modèle auprès d’autres peintres, mais aussi de photographes, sculpteurs… Voir de l’autre côté du miroir…

Les supports les plus utilisés sont le papier et le papier toilé. Il travaille en technique mixte (techniques sèches et à l’eau), il ne se refuse aucune matière susceptible d’enrichir son vocabulaire pictural. Le dessin occupe une large place dans son travail et les mots y sont souvent présents. Les collages de papiers sont également un de ses moyens d’expression. Pourvu qu’ils donnent du sens à ses images.

Les effets de matières sont réalisés selon une technique à l’aquarelle qui lui est propre ce qui permet de travailler aussi bien dans la rudesse des matières brutes que dans la légèreté et la transparence des couleurs.

« Des jambes nues et des chaussures, une interrogation sur le langage, l‘absence de désir et d’affect des images érotiques… Peintre autodidacte, Eric Giordano se qualifie de “ figuratif animé par l’amour du trait ”.
Son œuvre à la fois précise, précieuse et audacieuse pour cette série, questionne le corps et son langage, ainsi que sa perception codifiée ou stéréotypée perçue habituellement.
Le corps est à la fois structure et “ destructure ” de l’être qui y cache son âme et ses pensées les plus secrètes, devient sous la main experte de l’artiste le véhicule à la fois des apparences et de la transgression.
Au-delà de cet érotisme direct, c’est “ être humain ” dont il est question. Par une savante alchimie des médiums, les effets de matières rendent aussi compte de la dualité entre la rudesse des matières, des émotions et la légèreté exquise des couleurs. »

 

Critique écrite par Sylvie Vilette, Commissaire de l’exposition « Insolent – Insolite »

Chapelle St Sulpice à Istres, 2014

EXPOSITIONS

En marge du SALON DU LIVRE

Rencontre sur la littérature érotique
Auteurs et lecteurs

PARIS (75)

Mars 2017

INSOLENT INSOLITE

Chapelle Saint Sulpice
ISTRES (13)

 

Galerie la Plume et la Pointe

MARSEILLE (13)

2014

Concorde Art Gallery

Collectif

PARIS (75)

2012 et 2013

SALON D’AUTOMNE

Collectif
MARSEILLE (13)

2009, 2010 et 2011